Une mort évitable sur l’aile psychiatrique!

C’est une journée comme les autres sur l’aile psychiatrique située au 3ème étage de l’hôpital Ste-Mary’s.  Je me suis lié d’amitié et de compassion pour un patient qui en est à sa 2eme visite depuis que j’y suis hospitalisé.

Max est un artiste, un poète et un peintre.  Du moins, c’est ce que me disent son fils et une amie qui viennent le visiter parce que Max arrive à peine à s’exprimer.  Suite à un AVC, il a d’énormes problèmes à communiquer et à se mouvoir.

Max a besoin d’une personne avec lui, mais il est laissé à lui même.  Lorsqu’il mange et boit, il passe la journée à trimbaler la majorité des restes de ses repas sur son chandail.  Il arrive couramment que les patients doivent avertir un préposé parce que Max est tombé par terre et qu’il ne peut se relever seul.

Je joue du piano sur l’aile et souvent Max vient chanter avec moi (son chant ressemble plus à des lamentations, mais j’aime lui dire que c’est agréable).  Il me confie que ces moments sont les seuls auxquels il prend plaisir depuis quelques temps.  Il m’a récemment écrit une chanson qui lui a demandé plus de 4 heures d’écritures,  la main tremblante, dans un langage incompréhensible.

Max a 62 ans et il n’est pas autonome, il arrive à peine à se mouvoir avec sa marchette.  Il se confie beaucoup à moi, il faut une patience d’or pour l’écouter car faire une phrase complète lui prend parfois plusieurs minutes.

Le 5 octobre, nous sommes dans le fumoir et, par je ne sais quel moyen, Max a réussi à grimper sur le sofa et se retrouver ensuite assis sur le rebord de la fenêtre.  Sa cigarette lui brûle les doigts et il l’échappe.  Après l’avoir ramassé, je sors pour avertir un préposé.  Je pointe Max au travers de la fenêtre de la porte du fumoir:

– ‘Regarde, il faudrait l’aider à descendre!’
–  ‘Oh, si tu crois que je vais mettre ma vie en péril et entrer dans ce fumoir!’

Je fige un peu devant le commentaire totalement ridicule du préposé et ajoute:

– ‘Oui mais, s’il tombe et se blesse?
– ‘S’il tombe, tu peux me croire qu’au moins plus jamais il ne fumera!’.  Il ajoute un sourire en coin.
-‘Euh, s’il tombe il risque de mourir, voyons!’

La fille d’une patiente est assise à coté de nous, dans le corridor, et me regarde un peu dépassée, comme moi, par la réponse du préposé.

Je quitte l’endroit enragé, tentant de calmer mes pulsions de rage contre ce préposé et son attitude déplacée.  Ce type d’attitude, je la côtoie tout les jours et ma rébellion quasi quotidienne contre l’établissement ne fait que m’apporter des ennuis.

Le lendemain, vers 9:15hr, je suis dans la douche et j’entends l’alarme de l’établissement.  Je sors de la douche, et commence à m’habiller.  Il y a beaucoup d’action de l’autre coté de la porte de la salle de bain.  J’entends des infirmières qui demandes aux patients s’ils fument dans leurs chambres et après quelques instants, l’une d’elle débarre la porte de la salle de bain où je suis.

– ‘Est-ce que tu fumes ici?’

Elle constate assez rapidement qu’il n’y a aucune trace de fumée où je suis.  Au même moment, un énorme nuage de fumée apparaît sous la porte de la pièce en diagonale d’où je suis, le corridor devient noir.  En sortant, j’entends une personne crier: ‘Max est là, Max est dedans’.

Je mets un pied en direction du nuage et la panique s’installe dans le corridor.  Les employés crient: ‘Tout le monde dans la cuisine!  Vite!’

On me force alors à quitter le corridor de toute urgence.

Nous avons quittés l’étage et les pompiers sont arrivés.  L’origine du feu était dans le fumoir.

Max y était, mort dans cet incendie et seul sur le sofa…

Je suis allé voir le préposé de la veille, je l’ai regardé dans les yeux:

– ‘Tu te souviens hier, quand je t’ai dis qu’il pouvait mourir?’

Il n’a rien dit, il a baissé le regard et une larme a coulé sur sa joue.

ZHEDD

Articles d’actualités concernant l’évènement:

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201110/06/01-4454820-un-mort-dans-un-incendie-a-lhopital-de-st-mary.php

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2011/10/06/003-st-marys-incendie.shtml

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/faitsdivers/archives/2011/10/20111006-105908.html

http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/actualites/regional/montreal/archives/2011/10/20111006-120256.html

Advertisements

Une réflexion sur “Une mort évitable sur l’aile psychiatrique!

  1. Il est frustrant de constater des employés loin de leur mission! Le prix est cher payé pour que la leçon soit comprise. Et malheureusement, je ne crois pas que ça soit un cas isolé. Tu as eu du courage et un coeur en or pour cet homme Max. Responsabilité de citoyen ‘humain’ accompli, responsabilité professionnelle, non réussie. C’est inacceptable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s